En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience shopping. Pour en savoir plus, cliquez ici.
close icon

Jolies rencontres

Julie Lansom

Les jolies lampes de Julie Lansom fleurissent depuis quelque temps dans nos
boutiques. A l'occasion de cette collaboration, nous avons voulu poser
quelques questions à Julie, afin de mieux la connaître.

Qui es tu ?

Je suis Julie Lansom, je suis designer et photographe. J’ai ma propre ligne de luminaires et j’ai créé une marque de maillots de bain l’année dernière (Épi Swim).

Peux-tu nous résumer ton parcours ?

Je suis née et ai grandi dans le Sud de la France. J’y suis restée jusqu’à la fin de ma licence, puis je suis partie vivre à Londres pendant 2 ans et suis rentrée en France, mais à Paris cette fois-ci pour terminer mes études. J’ai un diplôme en Médias et relations internationales, j’ai bossé en tant que pigiste et photographe pendant deux ans jusqu’à ce que le destin en décide autrement !

Un jour, j’ai créé une lampe pour chez moi, parce que j’en avais besoin, en m’inspirant d’une vielle lampe des années 70, en en changeant la forme, les matériaux, le tissage : la première lampe Sputnik était née.

Puis mes amis en ont voulu chez eux, puis les amis de mes amis.Rapidement les choses ont pris de l’ampleur et 6 mois après je ne faisais plus que ça.

C’était il y a 4 ans. Depuis, j’ai élargi mes créations et ne vis plus que de ça. Et je suis la plus heureuse.

Parle nous de tes créations et de ton travail ?

Je n’ai pas fait d’études de design et d’Art. J’ai toujours peint, bricolé, fabriqué, photographié de manière très instinctive et c’est encore le cas aujourd’hui. Je n’intellectualise pas mes créations, je sors ce que j’ai à sortir, je crée quand les idées me viennent, il y a rien de trop réfléchi. Je tiens d’ailleurs à conserver ce caractère spontané et irraisonné dans mon travail.

Quel est ton rituel quand tu travailles ?

J’écoute beaucoup de musique quand je travaille. Peu importe que je tisse, que je peigne, que je colle, que je retouche des photos, ce sont des moments de méditation pour moi. Et c’est devenu un véritable besoin. Mais il m’arrive d’avoir besoin de silence total. Parfois aussi j’ai besoin d’arrêter de réfléchir et j’écoute des podcasts pour chasser mes pensées.

Où puises-tu tes inspirations artistiques ?

Absolument partout. Je ne viens pas et n’appartiens pas au monde du design pur et dur. L’inspiration peut se trouver dans tout et n’importe quoi selon moi. Une silhouette, un tableau, un film, un objet, une bouche d’égout. Parfois je vois quelque chose qui m’inspire instantanément, en pleine conscience, et parfois les choses ont besoin d’être digérées, plus inconsciemment, pour ensuite ressortir dans une nouvelle création.

Le vêtement qui te correspond le mieux ?

Je suis un peu bipolaire vestimentairement. Je me sens tout aussi moi dans une robe ultra féminine et des talons que dans un pantalon large et chemise d’homme. La seule ligne conductrice c’est que je porte quasiment tous mes vêtement trop grands pour pouvoir ensuite créer des volumes en les ceinturant ou les nouant.

Le goût ou l’odeur qui te rappelle le plus de souvenirs (ta madeleine deProust) ?

L’odeur du thym, de la lavande, de la sève et des pignons de pin. Les odeurs de la nature de ma région d’origine, dans laquelle j’ai passé toute mon enfance.

3 choses que l’on est sûr de trouver dans ton sac à main ?

Mon porte-monnaie, du doliprane et du rouge à lèvres.

Ton restau préféré au monde ?

J’ai eu la chance d'aller dans de magnifiques restaurants parce que mon père est un fin gourmet mais le plat que je préfère au monde ce sont ses frites maison, cuites à la poêle, dans l’huile d’olive, avec un peu de thym et de feuilles de laurier. Je pourrai ne me nourrir que de ça.

Ton plus beau voyage, c’était où et quand ?

Oh ils ont tous été magnifiques, même les moins lointains ! Je ne saurai pas choisir. J’attends le prochain, en Islande, avec grande impatience !

Ta rencontre avec Sessùn?

J’ai connu Sessùn assez jeune, quand je vivais encore dans le Sud de la France, à Montpellier. Il y avait à l’époque un seul super magasin de fringues en ville et ils y vendaient du Sessùn (People’s rag). Puis je suis sortie avec un garçon qui y travaillait alors je me suis rapidement mise à en porter :)

Si tu devais décrire Sessùn en quelques mots ?

Ensoleillé, naturel et intemporel.

La scène de film qui t’a le plus fait pleurer ?

Le plus de fois je pense que c’est la mort de Muffassa dans « Le roi Lion » puisque je pense avoir vu ce dessin animé 300 fois et qu’il n’y a pas une seule fois où je n’ai pas versé ma larme !

Mais parmi les scènes qui m’ont réellement bouleversée (et dieu sait qu’il y en a beaucoup), il y a cette scène dans « Le premier jour du reste de ta vie » où Zabou Breitman, qui vient de perdre son mari (Jacques Gamblin), retrouve dans sa voiture son coussin pour le mal dos, qu’il avait gonflé lui même, et se met à le dégonfler en en inspirant tout le contenu, son souffle à lui. Rien que d’y penser !!!

La chanson qui t’a fait le plus danser ?

« I feel love » de Donna Summer.

Ta manie, jolie petite habitude ?

Je frotte doucement mes pieds entre eux pour me bercer et m'endormir.

Photos par Clément Jolin.