Journal

13 / 04 / 2016

Emilie Marc

Emilie Marc

La talentueuse Emilie Marc nous a ouvert les portes de son atelier dans le 9ème arrondissement.


Bonjour Emilie, tout d’abord explique nous qui es-tu?

Je m’appelle Emilie Marc, je suis artiste/artisan, j ai 32 ans, je suis née à Montpellier et vis actuellement à Paris dans le 9ème arrondissement.

Quel est ton parcours?

J’ai tout d’abord fait une partie de mes études à Montpellier où j’ai obtenu une Licence d’Arts-Plastiques. Je suis rentrée par la suite à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art Contemporain de Nice, la « Villa Arson ». J’y ai pratiqué divers médias comme la peinture, la photographie, la sculpture ainsi que la performance.
En parallèle à mes études d’arts j’ai aussi suivi un cursus de chant lyrique dans divers conservatoires.
Durant ma 4ème année aux Beaux-Arts, j’ai pu étudier dans le cadre d’Erasmus à l’Académie des Beaux-Arts et au Conservatoire de Vienne en Autriche. Ce qui fut une très belle expérience.
A l’issue de cette année à l’étranger j’ai passé à Nice mon diplôme de fin d’études.

Par la suite, en m’installant à Paris, ma pratique plastique axée sur la performance et la scénographie durant mes études, s’est transformée en une pratique d’art appliqué et d’atelier.
J’ai eu le désir de revenir à la peinture et de créer des objets plus décoratifs sur des supports en bois.
De là sont nées les boîtes inspirées de paysages ou de portraits mélancoliques, puis les bracelets pour lesquels j’ai voulu mettre en valeur la forme minimale à travers diverses essences de bois et des motifs graphiques.
J’ai aimé l’idée que les minaudières fortement inspirées des boîtes soient de petits tableaux à porter et qu’elles viennent sublimer une tenue.

Quelle est ta relation avec Sessùn?

J’ai découvert Sessùn quand j’étais adolescente lorsqu’Emma vendait encore ses pulls en laine du Chili! Dans le magasin People’s rag à Montpellier. A cette époque je portais déjà du Sessùn !
J’ai toujours été très proche de cette marque pour des raisons esthétiques et parce que de nombreuses personnes que je connais et que j’aime sont liées à celle-ci.
J’ai eu la chance de pouvoir collaborer avec Sessùn en proposant à Emma et Amélie de faire une collection spéciale de bracelets et de minaudières pour leur première exposition capsule « Marine Girls » qui a eu lieu en novembre 2015, rue de Charonne à Paris. J’ai adoré penser des objets/bijoux qui puissent se fondre dans leur collection.

Puis nous avons réitéré une collaboration pour la collection « Sessùn oui ». J’ai tout autant apprécié d’en imaginer les motifs et de faire une gamme plus luxueuse, intégrant de l’or et des couleurs douces dans l’esprit du mariage.
En tout cas cela est très inspirant et motivant de pouvoir travailler pour Sessùn!

Comment décrirais-tu tes créations, ton univers?

Je dirais à propos de mon travail qu’il se situe à la frontière entre les Arts Décoratifs et les Arts-Plastiques.
En effet je procède comme un artisan, avec minutie, en utilisant différents savoir-faire dans la réalisation des objets. Chaque pièce est unique. Et j’associe toujours à ce travail une recherche de création artistique (design, peinture, motif).

Comment procèdes-tu? Comment te viennent tes idées, tes envies? Explique-nous tes inspirations.

Les objets que je crée sont fabriqués par des artisans du bois (tabletier, tourneur sur bois, etc) installés dans le Jura. Ils sont ensuite peints et assemblés dans mon atelier dans le 9ème arrondissement de Paris, puis vernis par une laqueuse dans son atelier situé également dans le 9ème arrondissement, ce qui est plutôt pratique !
J’ai appris il y a peu de temps la technique de la dorure sur bois et je découvre petit à petit diverses façons de créer des matières, ce qui ne cesse de m’inspirer et me donner envie de créer de nouveaux objets !

Mon travail prend son inspiration dans la nature ainsi que dans la peinture classique et contemporaine. J’aime les paysages mélancoliques tels que les paysages de nuages, de brume lorsqu’elle recouvre un personnage ou une forêt.
J’aime peindre sur du bois, et j’aime aussi laisser les veines du bois apparaître. Toutes les essences de bois me fascinent et toutes les couleurs m’attirent. J’aime l’assemblage d’une forme minimale avec la picturalité ou le graphisme d’une image.
Je me sens proche d’une esthétique scandinave ou japonaise.

Quelle est ton activité préférée parmi toutes celles que tu pratiques et pourquoi?

Ce que je préfère c’est peindre, tout simplement ! Mais j’apprécie tout autant la phase de conception, de création, que celle de réalisation.

Et puis il y a une étape que j’apprécie particulièrement : ce moment où je redécouvre l’objet que j’ai créé et réalisé, une fois qu’il a été verni de plusieurs couches successives, puis lustré. Cette phase de laquage est importante, car elle donne une autre profondeur à la peinture et vient en quelque sorte sublimer l’objet.

J’aime partir d’un matériau brut et le transformer en un objet précieux.

Quelle est ta journée type? 

J’ai la chance de disposer d’un atelier dans mon appartement. Je m’installe à mon bureau pour peindre, dessiner, préparer des couleurs, scotcher, poncer, gainer, coller, dorer, graver et vernir.

Que rêvais-tu de faire quand tu étais petite?

Quand j’étais petite j’aimais déjà peindre et fabriquer toutes sortes d’objets avec ma grande sœur très inspirante, que je copiais beaucoup ! Je rêvais d’être peintre !

Pour terminer, quels sont tes nouveaux projets? 

Je réfléchis sans cesse à de nouveaux objets, et j’ai plein de projets en tête. Par exemple j’ai envie de faire des fresques, et de concevoir davantage de mobilier décoratif.
Bientôt mes créations seront distribuées à Tokyo, et j’envisage d’autres collaborations.

Merci Emilie!

www.emiliemarcatelier.com