Journal

24 / 08 / 2017

Jeanne et Camille - Festival Baleapop

Jeanne et Camille - Festival Baleapop

A l'occasion de la 8ème édition du festival Baleapop que nous soutenons depuis de nombreuses années, nous vous posé quelques questions à Jeanne et Camille, membres très actifs de ce joyeux collectif.


Parce que le Pays basque (et Saint-Jean-de-Luz en particulier), évoque autant un attachement aux racines qu’une grande ouverture d’esprit, le collectif Moi Moi a décidé d’y implanter son festival Baleapop en août 2010. Depuis, pas un été ne s’écoule sans que le festival à échelle humaine ne fasse vibrer le cœur des amateurs d’indie pop, le tout dans un cadre hors du commun, avec l’horizon à perte de vue. Partenaire depuis ses tout premiers jours, Sessùn, qui accompagne cette grande fête tous les étés, les soutiendra une fois de plus du 23 au 27 août prochains, pour sa huitième édition. L’occasion de poser quelques questions à Jeanne Boulard et Camille Vallebelle, respectivement directrice et responsable des partenariats du festival.

Comment est né le festival Baleapop ?

Camille : Baleapop est né d’une soirée bien arrosée entre amis, suite à notre tournée annuelle des festivals aux quatre coins de l’Europe. On se disait que c’était vraiment dommage de partir aussi loin pour vivre « l’expérience festival » comme on l’aimait et on s’est demandé si ça ne serait pas bien d’en imaginer un où nous pourrions tous nous retrouver, le temps d’une semaine.

Comment a-t-il réussi à se faire une place au sein des nombreux festivals français ?

Jeanne : Quant on s’est lancés, l’offre n’était pas aussi saturée qu’aujourd’hui et faire un petit festival DIY, familial, pointu mais accessible, avec une touche de développement durable, paraissait super novateur et donc, sortait du lot.

Le cadre joue beaucoup aussi… Pouvez-vous nous le décrire ?

Camille : Nous avons la chance d’être sur un territoire comme le Pays Basque qui s’y prête, et une mairie comme Saint-Jean-de-Luz qui nous soutient au quotidien et nous permet d’investir de nouveaux sites chaque année. Nous évoluons entre le parc de nos années collège, les plages de notre enfance et notre cher centre-ville.

Depuis la première édition il y a 8 ans, qu’est-ce qui a changé ?

Jeanne : Dans le fond, je crois pas grand-chose, on continue à chercher notre festival idéal ! Dans la pratique, quasiment tout ! On est aujourd’hui une vraie équipe, organisée, structurée, entourée.

Quelles seront les nouveautés cette année ?

Camille : Une des nouveautés qui me plaît le plus est la naissance de La Grande Bouffe ! Elle aura lieu le dimanche midi et elle regroupera artistes, festivaliers, staff, bénévoles… autour d’un grand banquet dressé au milieu du parc avec, côté musique, une carte blanche aux Sheitan Brothers.
Attention, pensez à réserver, les places sont limitées !

Vos coups de cœur dans la programmation de cette édition 2017 ?

Jeanne : Je dois dire que cette année, la programmation me plaît tout particulièrement. J’ai beaucoup de coups de coeur. Je pense dans le désordre à Kate NV, Rizan Said, Rufdug, Puzupuzu, Hoël Duret ou encore Don’t DJ. Et puis les chouchous Odei qui vont fêter le lancement de leur deuxième album pendant le festival !

Une anecdote qui vous aurait marquées lors du festival ?

Jeanne : La plus récente, vu qu’elle date de l’année dernière. Nos responsables cuisine (qui se sont rencontrés pendant Baleapop 5) ont mis au monde leur enfant pendant Baleapop 7. Sauf que ça n’était pas prévu pour si tôt ! On a dû monter une brigade en urgence… On s’est retrouvés, entre autre, avec nos graphistes aux fourneaux. Comme quoi, tout est possible !

Comment s’est passée votre rencontre avec Emma / Sessùn ?

Camille : Étant agent commercial en prêt-à-porter (mon vrai travail avant Baleapop), je rêvais de travailler avec Sessùn. Malheureusement, mon secteur était déjà représenté par notre cher Laurent Belhache. De fil en aiguille, lors de nos salons et folles nuits parisiennes, j’ai rencontré Emma et tout son staff : Julie, Élodie, Ronan, Audrey. J’ai eu le temps de lui exposer le festival et Emma a tout de suite accroché !

Comment décririez-vous votre collaboration ?

Camille : Fidèle, très fidèle ! C’est l’une des premières marques qui nous a soutenus et évolué avec nous.

En quoi les univers de Sessùn et de Baleapop sont-ils liés ?

Sa communauté : une jeunesse curieuse, ouverte, tolérante et le fait de vivre en bord de mer !

Un vêtement / accessoire Sessùn qui vous est cher ?

Camille : Si c’est un vêtement que je dois choisir, ça serait mes chemises Sessùn, toujours parfaites.

Si vous deviez décrire Sessùn en 3 mots ?

Camille : Fleur - Rayures - Jean : les indispensables de notre garde-robe !