Journal

21 / 01 / 2014

Jessica Venediger, Au Vieux Panier

Jessica Venediger, Au Vieux Panier

Après la talentueuse Claire Leina, je vais vous raconter l’histoire d’un très joli projet qui prend place au coeur de Marseille, dans le très joli quartier du Panier.


C’est au coeur de ce quartier haut en couleurs que Jessica Venediger décida fin 2009 de transformer une vieille bâtisse délabrée du XVII ème en maison d’hôtes plutôt originale. En effet, tous les ans, la maison d’hôte ferme ses portes et laisse carte et murs blancs à des artistes afin de re-décorer entièrement les lieux. Mais ne gâchons pas trop le suspense et laissons Jessica nous présenter sa charmante demeure elle-même.

Le site de Jessica: auvieuxpanier.com.

Bonjour Jessica, tout d’abord explique nous qui es-tu?

Jessica Venediger, 32 ans, je suis née à Marseille mais j’ai grandi à Aix et désormais je vis à Marseille.

Quel a été ton parcours?

Après des années collège et lycée un peu difficile, je me suis régalée par la suite !

J’ai commencé par un DUT Tech de Co option Tourisme (1 an à Cannes puis Toulouse), pour ensuite entrer à l’Inseec pour débuter un beau périple en m’installant 1 an à Bordeaux puis 1 an à Paris.

Après ça, j’’ai eu la chance d’aller étudier à Berkeley en Californie, pour terminer à Barcelone à l’EAE et obtenir deux Masters : un en Entreprenariat et l’autre en Affaires Internationales.

À la fin de mes études, j’’ai directement ouvert ma boîte.

Quelle est ta relation avec Sessùn ?

À l’époque pour m’habiller je chinais des vêtements de garçon en taille XS et c’était un véritable challenge matinal pour moi d’essayer de garder un peu de féminité malgré mes baggies, mes baskets Airwalk, bref l’adolescence en recrudescence, j’avais 12-13 ans. Puis dans la garde-robe de ma grande soeur, mon modèle, apparurent petit à petit des vêtements féminins: Sessùn. Je me souviens encore du pull à capuche vert en laine à grosses mailles.

Mon constat, la marque me plaisait à 12 ans, elle me plaît toujours, 20 ans après. C’est simplement féminin je ne me pose pas de questions, j’y vais les yeux fermés. Il y a cette constance, une certaine jeunesse intemporelle. Le hasard fait que chaque année la magie opère et je me retrouve dans ses lignes.

_Forcément c’est aussi affectif car mes grandes soeurs côtoient Emma François depuis toujours._

Puis au-delà de la marque, dans la vie professionnelle nous nous retrouvons sur certaines dimensions, des collaborations avec des personnes communes comme Clément Jolin ou encore Claire Leina.


Comment est né le projet du Vieux-Panier?

Avec le temps surtout.

Tout d’’abord, l’hôtellerie était une évidence car j’ai toujours aimé recevoir et voyager. Je suis une vraie globe-trotteuse dans l’âme, une fan de voyages. Très jeune déjà , j’ai eu le désir de travailler dans ce secteur mais sans vraiment savoir quel projet je voulais monter. Entrepreneuse de père en fille, j’ai toujours eu cette fibre. Je n’ai jamais eu le temps de le dire à Emma François d’ailleurs, mais son parcours a toujours été un moteur pour moi. Amie de mes “grandes soeurs” j’ai connu la marque à ses débuts, ce qui, au fil des années, n’a qu’augmenté ma motivation d’entreprendre.

Dés 2000, je me suis intéressée de près à l’éco-tourisme en souhaitant démontrer que le tourisme pouvait être respectueux de son environnement tout en alliant art de vivre. C’est une des raisons qui m’a poussé partir seule en Asie pendant plusieurs mois pour m’inspirer et pourquoi pas m’y installer…

Puis avec le temps, au fil de mes rencontres, j’ai eu cette idée. Considérer l’hôtel comme une continuité de son voyage, un élément aussi important que le choix du pays ou de la ville. Bref, s’offrir une expérience à part.

Mon univers était alors très orienté autour du monde de la glisse, de l’art contemporain et du streetwear. Certains de mes amis travaillaient à l’époque avec des artistes pour créer des produits uniques comme par exemple la marque de Skate “Logo?” ou encore la marque Volcom. J’ai alors eu l’envie de collaborer avec des artistes mais avec comme support non pas un objet mais une chambre d’hôtel !

C’est vite devenu une évidence. À la fois offrir un lieu d’expression unique à des artistes et ainsi permettre à des voyageurs d’expérimenter en dormant dans un lieu unique: dormir dans une Oeuvre d’Art.


Chambre La Dame noire

De l’’imagination à la réalisation, raconte-nous cette aventure.

Vivant à Barcelone, je souhaitais m’implanter là-bas. A cette époque je faisais des allers-retours tous les 15 jours entre Marseille et Barcelone. Je redécouvrais Marseille, ville pour les trentenaires, pleine d’émotions et d’authenticité. Mes amis revenaient ici petit à petit, ma famille y était. Je ressentais le Barcelone qui m’avait touché il y a quelques années et «Marseille 2013» se dessinait aussi à l’horizon…

Un soir, lors d’une discussion au restaurant “les Buvards” avec ma soeur et mon beau-frère Matthieu Gamet, Directeur Général de la marque Kulte, j’en suis arrivée au raisonnement suivant : pourquoi parcourir le monde au lieu de rester chez moi en posant ma pierre ici, où tout peut être fait.

J’ai alors sauté le pas, “Au Vieux Panier” est né.

Le quartier historique du Panier était à l’époque une évidence, mais les Marseillais on faillit me détourner de ce lieu. J’étais une inconditionnelle de ce quartier au charme fou mais il est vrai qu’’il souffrait encore beaucoup de sa réputation d’antan. Finalement, je n’ai pas démordu et me suis battue pour trouver et obtenir la perle rare : une bâtisse du 17ème siècle avec sa belle devanture d’époque en bois, avec pour inscription “Au Vieux Panier” et cerise sur le gâteau, on y trouvait une terrasse surplomblant les toits avec la mer en toile de fond. J’avais enfin trouvé !


Chambre AV Exciters

Pendant la période des travaux j’ai ouvert les portes aux artistes et activistes de passage dans la ville qui souhaitaient réaliser des oeuvres éphémères, un squat confortable en somme! Je ne pouvais attendre l’ouverture, j’étais trop impatiente. Cette idée originale est venue encore lors d’un apéro avec mon beau frère et Jeanne toujours de l’équipe Kulte. Matthieu m’avait alors parlé de la Demolition Party du Royal Monceau à Paris, nous avons rit en imaginant la parade sans Jonny Depp : Au total 52 artistes et activistes sont passés en 4 mois !

demolition-arty.blogspot.fr

Comment choisis-tu les artistes qui vont relooker les chambres?

Chaque année je lance un Appel à Projet entre Septembre et Octobre, de là je sélectionne parmi les projets reçus.


Chambre Milène Guermont

Pour chaque chambre, comment né chaque projet? L’artiste a-t-il carte blanche?

L’artiste a carte blanche, le but est de Dormir dans son Oeuvre, dans sa tête. Une fois les prémices du projet abordés, se met alors en place une Direction Artistique qui prend en compte surtout des critères de faisabilité et de scénographie. Mon but à ce moment là est de pousser l’artiste à créer son univers, sans avoir de limite créative. Nous essayons au mieux avec les moyens du bord de réaliser leurs volontés.


Chambre Mist

Quelle est ton projet préféré parmi toutes les chambres crées depuis le début et pourquoi?

Franchement je ne peux répondre, cela dépend de mon humeur je crois.

Que révais-tu de faire quand tu étais petite ?

Si j’enlève être un agent secret comme 007, je voulais accueillir mes amis dans une belle maison en prenant soin d’eux… C’est fait je crois ;-)

Pour terminer, sur quoi travailles-tu en ce moment?

La suite… Petit à petit l’oiseau fait son nid.

Merci Beaucoup Jessica.


Terrasse du Vieux-Panier