Journal

11 / 09 / 2014

Mapie

Mapie

Toujours souriante derrière ses fourneaux, nous vous présentons aujourd'hui la talentueuse Mapie!


Bonjour Mapie, tout d’abord explique nous qui es-tu ?

Mapie Lamy, 43 ans, née à Aix en provence. Je vis à Lourmarin, petit village du Luberon, avec mon mari et mes enfants depuis 15 ans et je me definirais comme cuisinière intinerante, Je cuisine pour les uns et les autres, chez moi ou chez eux, evenements privés ou professionnels. Pour que l'alchimie prenne, il faut qu'il est y ait une rencontre, un déclic, une histoire, du partage et de la joie. Une trés jolie Plume m'a récemment décrite comme une cuisinière de fêtes, ca m'a beaucoup touchée.

Quel a été ton parcours ?

J'ai grandi à Aix en Provence. Hyper gourmande et entourée d'une famille ou la bonne chair était notre sujet de prédilection mais aussi passionnée de cinema j'ai hésité entre l'école hôtelière et le 7ème art. Je suis finalement partie faire des études de cinema en Angleterre, folle de ce pays depuis petite et y ayant des attaches familiales.

Diplôme en poche, j'y suis resté 12 ans, bossant pour un magazine de musique à Londres puis comme chargée de prod chez un agent de photographes, me servant de mes collègues de travail comme cobayes pour mes experiences culinaires. Je suis rentrée en France il y a 15 ans, ou j'ai assisté ma mère avec ses chambres d'hôtes à Lourmarin puis j'ai ouvert avec mon mari Christophe un salon de thé, librairie, restaurant à Lourmarin que nous avons gardé 6 ans.

Quelle est ta relation avec Sessùn ?

J'ai rencontré Emma par Nico, son mari, un vieux pote, il y a 5 ans. Béguin immédiat, j'ai eu l'impression que je la connaissais depuis toujours. On a une passion commune pour les belles choses, la dolce vita, les chaussures et surtout pour rigoler. On se marre beaucoup ensemble, comme des gamines.

Elle a connu ma cuisine par notre restaurant, puis m'a demandé de faire un repas de Noël pour elle, puis de fil en aiguille, je me suis retrouvée à cuisiner pour les événements privés et publiques de Sessùn. Je pense que mon tajine, ma crème caramel et ma salade de fenouil ont été des tournants décisifs dans notre collaboration et notre amitié. Elle me le rend bien avec ses hauts en soie, ses vestes et ses chaussures dont je suis folle. Emma aime emmener les gens dont elle est proche dans ses aventures et donner une chance à ceux en qui elle croit. Elle a cette générosité et ce sens du partage qui la rende si attachante.

Comment décrirais-tu ta cuisine ?

Mes années British m'ont fait découvrir la cuisine végétarienne, déjà très développée en Angleterre dans les années 90 et les épices, auxquelles je voue une vraie passion. J'aime mélanger les saveurs de l'orient et de l'occident, qu'un plat soit fait de rencontres et raconte une histoire. J'ai également un grand amour pour les boulettes que j'aime décliner sous toutes leurs formes et les desserts que j'aime régressifs et explosifs. Et surtout une cuisine simple et savoureuse, sans chichis ni tambours ni trompettes, basée sur le partage et la fête.

Tu as récemment fermé ton restaurant « le thé dans l’encrier », que retiens-tu de cette aventure ?

Une belle experience, beaucoup de boulot, et peut-être une certaine légitimisation de ma cuisine. Et aussi une merveilleuse rencontre avec Pierre Buisson et ses parents, potiers de l'Atelier Buisson-Kessler, voisins du Thé dans l'encrier et dont les sublimes plats sont devenus les seuls dans lesquels je veux servir ma cuisine.

Comment élabores-tu tes menus, quelles sont tes inspirations ?

Les livres de cuisine, les saisons, les marchés, les voyages, mes amis, mon mari, mes enfants et l'air du temps. Une bonne dose de chaque donne naissance à un menu.

Quel est ton plat préféré et le produit que tu préfères travailler ?

Les boulettes, une histoire d'amour, et le tiramisu, mon autre passion. J'adore cuisiner les légumes, en particulier les aubergines et les légumes anciens, panais, rutabaga, etc...

Quelle est ta journée type? A quoi ressemble ta cuisine ?

Ma journée type se passe dans ma minuscule cuisine de 7m2, super bien agencée par mon mari ou tout est à portée de main, avec le four qui tourne en permanence, une magnifique vue sur la campagne et une horrible paire de Crocs aux pieds pour les soulager de trop longues heures passées debout.

Que rêvais-tu de faire quand tu étais petite ?

Cuisinière, évidemment.

Pour terminer, quels sont tes nouveaux projets ?

Je viens de participer pour la 2ème année au Festival Yeah à Lourmarin en tant que cuisinière pour le staff et les artistes ou j'ai cuisiné pour 400 personnes sur 3 jours, donc un peu de repos sera le bienvenu. Je vais je l'espère continuer ma collaboration régulière avec Sessùn, cuisiner pour des particuliers en manque d'inspiration et de temps cet été et partir en vacances où je me régalerai à sortir mes casseroles pour nourrir les copains.